Récit

Un espoir pour les enfants atteints de troubles du développement

2021

Un diagnostic clair est indispensable pour pouvoir soutenir un enfant atteint de troubles du développement. Mais les listes d’attente sont longues. Avec le soutien du Fonds Van de Voorde, géré par la Fondation Roi Baudouin, Eva Cloet, du ‘Centrum voor Ontwikkelingsstoornissen’ de l’UZ Brussel, et le groupe de recherche ‘Organisation, Policy and Social Inequalities in Healthcare’ (OPIH) de la VUB, ont identifié les possibilités de diagnostic des troubles de l’apprentissage et du développement en Flandre. Ce faisant, ils donnent des perspectives à ces enfants et à leurs parents.

C’est avant tout la frustration qui a motivé Eva Cloet : la frustration quand des parents d’un adolescent autiste doivent attendre trois ans avant d’obtenir un diagnostic, la frustration lorsque des enfants cumulent du retard, perdent une année d’apprentissage ou entraînent une famille dans une crise parce qu’ils ne reçoivent pas rapidement un diagnostic clair et ne bénéficient pas d’aide et de soins adaptés. Outre le fait d’être le fil conducteur et d’ouvrir la porte à un traitement, le diagnostic permet à certaines familles d’avoir accès à des interventions financières, des ressources ou une forme d’enseignement adapté. Mais ça aussi, ça vient parfois trop tard.

Eva Cloet partageait cette frustration avec de nombreuses personnes, comme elle s’en est rendu compte lors de sa recherche sur le diagnostic multidisciplinaire d’enfants souffrant de troubles du développement et de l’apprentissage en Belgique. Cette recherche a été soutenue par le Fonds Jeanne et Alice Van de Voorde, géré par la Fondation Roi Baudouin, et menée en collaboration avec l’Université Libre de Bruxelles.

“Chez nous, les enfants chez qui on soupçonne un retard ou un problème de développement doivent attendre au moins un an avant de pouvoir être diagnostiqués. Il en va ainsi dans quasiment tous les centres de diagnostic subventionnés en Flandre. À moins que les parents n’aient les moyens d’aller dans un centre privé”. Les autres sont condamnés à attendre. Avec sa recherche, Eva Cloet a voulu savoir pourquoi cela coince aujourd’hui avec le diagnostic multidisciplinaire et comment mieux l’organiser afin de le rendre plus accessible aux enfants et aux parents.

Des enfants non pris en compte

Premier constat : il existe en Flandre de nombreux centres qui proposent un diagnostic des troubles du développement, environ 160 au total, y compris les CLB. “Mais il y a peu d’harmonisation ou de coordination sur ‘qui fait quoi’, ‘qui voit quels enfants’, et ils ne collaborent guère”, dit Eva Cloet. Un enfant déjà testé dans un CLB et orienté vers un ‘Centrum voor Ontwikkelingsstoornissen’ doit recommencer toute la batterie de tests depuis le début. On ne s’appuie pas assez sur ce qui a déjà été fait par le centre précédent, parce que les différents centres de diagnostic poursuivent un autre objectif, mais aussi parce qu’ils hésitent à reprendre les résultats d’autres organisations. “Ils connaissent trop peu l’approche des autres centres, ce qui fait déjà perdre une partie de la capacité”.

Pour l’instant, les pouvoirs publics ne coordonnent pas assez l’offre, en veillant à ce qu’elle soit suffisante dans chaque région pour tous les âges et toutes les pathologies. “Beaucoup de centres peuvent voir tous les enfants, de 0 à 18 ans, pour tous les troubles. Mais quand on examine l’offre effective, on s’aperçoit que certains enfants ne sont pas pris en compte.” C’est pour les bébés et les enfants en bas âge que l’offre est la plus large, alors que l’offre subventionnée est limitée ou inexistante pour les enfants d’école primaire et pour certains troubles, comme les troubles de l’apprentissage. Certaines régions, comme celle d’Anvers, sont moins bien desservies. Il faut plus de capacités.

De nombreux diagnostics sont aussi ponctuels, au début du trajet de soins. “Alors qu’il faut un diagnostic à différentes phases de l’accompagnement de l’enfant, avec des objectifs différents.” Après la coordination de l’offre, l’adaptation du diagnostic au trajet de soins de l’enfant constitue donc la deuxième grande recommandation d’Eva Cloet à l’issue de son étude du paysage du diagnostic des troubles du développement et de l’apprentissage en Flandre.

Effet boule de neige

Une étude qui a d’ailleurs déjà entraîné un effet boule de neige dans ce paysage. Ainsi, une étude de suivi a été menée à la demande de ‘l’Agentschap Zorg & Gezondheid’ sur l’accessibilité des centres de diagnostic (conditions d’accès, délais d’attente, publics cibles, communication…). Eva Cloet et son équipe élaborent actuellement pour ‘l’Agentschap Opgroeien’ un nouveau modèle organisationnel dans lequel différents centres de diagnostic collaborent réellement à un trajet de soins et partagent la responsabilité du diagnostic au lieu de simplement transmettre des données.

C’est encore à la demande de ‘l’Agentschap Opgroeien’ qu’un projet expérimental est en cours dans les quatre Centres universitaires des Troubles du développement en Flandre pour déjà entamer un travail, même limité, avec les enfants et les parents durant les périodes d’attente. “Aujourd’hui, il ne se passe rien durant ces périodes. Conséquence : des problèmes s’aggravent, des enfants sont en décrochage scolaire, des familles sont en crise”. L’étude sur l’accessibilité du diagnostic conseille dès lors de fournir un soutien minimal aux enfants et aux parents pendant ces périodes d’attente, en fonction de leurs besoins à ce moment-là.

“On peut déjà donner des conseils pour la vie quotidienne à la maison, conseiller aux parents d’inscrire l’enfant à un cours de psychomotricité, faire appel à un service d’accompagnement à domicile, un centre spécialisé peut faire un peu de coaching pour un club de sport, donner de la documentation aux parents pour mieux les informer”. Cette approche est expérimentée dans les quatre centres spécialisés. “On voit que c’est très utile, un professionnel qui est à l’écoute, qui dit aux parents ce qu’ils peuvent déjà faire”. De plus, le centre peut déjà recueillir des informations durant cette période d’attente, pour pouvoir faire ensuite un diagnostic plus ciblé et plus rapide.

“On voit que c’est très utile, un professionnel qui est à l’écoute pendant la période d’attente et qui dit aux parents ce qu’ils peuvent déjà faire.”
Eva Cloet
Centrum voor Ontwikkelingsstoornissen UZ Brussel

Les demandes de recherches continuent à arriver. “Je suis très heureuse de cet effet boule de neige, du fait que nous sommes partis d’une frustration, que nous avons pu mettre cette frustration sur papier, trouver des moyens pour mener une recherche, et que nous avons ainsi enclenché toute une dynamique. Car il y a une grande volonté de remédier à ce problème !”

À propos du Fonds Jeanne et Alice Van de Voorde

Le Fonds Jeanne et Alice Van de Voorde a éré créé en 2009 par les sœurs Jeanne et Alice Van de Voorde afin de soutenir des recherches sur la santé à la VUB et à l’ULB. Dans l’esprit de la vie professionnelle que les fondatrices avaient menée – elles avaient toutes deux fait une longue carrière dans l’enseignement – il a été décidé de concentrer les recherches sur la santé des enfants et des jeunes en âge scolaire. Quatre projets de recherche ont été soutenus depuis la création du Fonds et un nouvel appel est lancé fin 2021.

Autres appels à projets

Recherche sur la mucoviscidose

Fonds Alphonse & Jean Forton et Muco.be : soutien à la recherche sur la mucoviscidose

En cours

Transdisciplinary research on patient value in cancer research

Appel pour une équipe de recherche transdisciplinaire qui développera le concept de "Patient Value" et encouragera les acteurs à lui donner une place centrale dans la recherche

Maurange (Fonds)

Bourse tremplin pour aider les jeunes chercheurs post-doctorants talentueux à lancer leur carrière de recherche appliquée dans le domaine de la première ligne

Bientôt terminé!

Autres Fonds et formules philanthropiques

Anhaive Cancer (Fonds)

Le Fonds Anhaive Cancer soutient la recherche en cancer. 

Docteur Gustave Delport (Fonds)

Soutien à la recherche clinique ou fondamentale sur les aspects biologiques liés aux troubles psychiatriques.

Candle in the Dark-Childvision Research Fund

Soutien à la recherche sur les mutations génétiques qui provoquent l' amaurose congénitale de Leber, une maladie génétique rare.

Autres communiqués

Des financeurs belges de la recherche sur le cancer unissent leurs forces

23 09 2022

Plusieurs organisations belges qui financent la recherche sur le cancer vont coopérer au sein d’un réseau, le Belgian Cancer Research Consortium.

Un million de dollars pour la recherche en statistiques

20 06 2022

La FRB décerne pour la première fois le Rousseeuw Prize for Statistics 2022 à cinq chercheurs pour leurs travaux sur l’inférence causale en médecine et en santé publique.

Un million d’euros pour la recherche sur une forme rare de démence

01 02 2022

Le Prof. Dr. Rosa Rademakers reçoit le Prix Generet pour les Maladies rares, d’un montant d’un million d’euros, pour ses recherches sur des formes de démence moins fréquentes.

Autres récits
Un engagement qui inspire !

Cancer du pancréas : assembler les morceaux d’un puzzle complexe

Recherche médicale

“Dans les familles où le cancer du pancréas est plus fréquent, nous voyons aussi un lien avec le cancer du côlon et du sein.”
Prof. Dr. Kathleen Claes
UGent, Lab for Cancer Predisposition and Precision Oncology

La recherche sur l’asthme permettra-t-elle d’améliorer le traitement en cas de complications de la mucoviscidose ?

Recherche médicale

“Nous voyons un patient atteint de mucoviscidose décliner, mais il faut trouver la cause. On a besoin d’un meilleur diagnostic des réactions allergiques aux moisissures."
Dr. Eva Van Braeckel
Pneumologue (UGent et UZGent)

Un nouveau regard sur les variations de l’ADN permet d’expliquer une maladie rare

Recherche médicale

"Cette découverte est une bonne nouvelle, non seulement pour les familles concernées, mais aussi pour la recherche sur les causes génétiques d’autres maladies rares."
Prof. Dr. Eric Legius
Chef du service Centre d’Hérédité humaine à l’UZ Leuven